L'égalité professionnelle dans les Scop : plus qu'un principe, une réalité !

L'égalité professionnelle dans les Scop : plus qu'un principe, une réalité !

10.03.2014

Tandis qu’en France, on compte encore seulement 17,6 % de dirigeantes salariées dans les entreprises classiques1, 24 % des sociétés coopératives sont dirigées par des femmes.

Les Scop, un modèle égalitaire et paritaire
La question de la parité entre les femmes et les hommes dans le monde de l’entreprise est plus que jamais d’actualité, avec l’adoption récente de textes de loi sur l’égalité femmes-hommes réglementant notamment la parité professionnelle. En France, seuls 17,6 % des dirigeants salariés d’entreprises classiques sont des femmes… contre 24 % dans les Sociétés coopératives et participatives ! Pourquoi ? Parce que le modèle coopératif joue un rôle dans l’accession des femmes à la direction d’entreprises : elles y trouvent toute leur place et accèdent plus facilement aux hautes responsabilités.

La reprise d’entreprise par les salariés : des facteurs de réussite
Dans les cinq ans qui suivent leur reprise, deux Scop sur trois existent encore, alors qu’une entreprise traditionnelle sur deux disparaît. Un chiffre en partie expliqué par le fait que près d’un quart des Scop est le fruit de transmissions d’entreprises saines, comme ce fut le cas de l’Institut National pour la Formation des Infirmiers et du Personnel travaillant en Psychiatrie (INFIPP) de Villeurbanne dans le Rhône, dont la nouvelle Directrice Générale, Isabelle Kerténian, a été recrutée au sein des salariés en 2013. Une transmission à l’image des chiffres nationaux : 50 % des Scop issues de la Reprise d’Entreprise par les Salariés étaient en effet dirigées par des femmes, dont la reconnaissance et la valorisation des compétences sont favorisées dans ces conditions !

Les Scop de l’Ouest en chiffres
En 2013, les coopératives de l’Ouest se portent bien malgré la crise :
• 390 emplois créés ou sauvegardés grâce à la création ou à la reprise d’entreprises
• 8 800 salariés répartis dans les
• 387 Scop adhérentes


À propos des Scop
Les Scop, Sociétés coopératives et participatives, désignent les entreprises à statut Scop (Société coopérative de production) et à statut Scic (Société coopérative d’intérêt collectif). Soumises à l’impératif de profitabilité comme toute entreprise, elles bénéficient d’une gouvernance démocratique sur le principe « 1 personne = 1 voix » et d’une répartition des résultats prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise.

 

1 Source : www.ega-pro.fr/ et les Chiffres-clés de l’égalité entre les femmes et les hommes 2012, http://femmes.gouv.fr

 

Portraits de dirigeantes

Isabelle Brion, directrice générale de SCOM (35)
La Société de Construction d’Ouvrages Métalliques (SCOM), à Louvigné du Désert, fabrique et assure le montage de charpentes métalliques de bâtiments commerciaux, industriels et administratifs depuis bientôt soixante ans, et sous statut Scop depuis 1984. L’ancien dirigeant partant à la retraite en 2006, les salariés-associés de la coopérative élisent Isabelle Brion en tant que directrice générale, après qu’elle ait passé quatorze ans au poste de comptable et six ans au Conseil d’Administration. Selon elle, ce qui est différencie une Scop d’une entreprise classique, c’est le management : « Je crois beaucoup à l’information et à la communication avec mes collègues », explique-t-elle. « Nous sommes tous dans le même bateau et chacun a conscience de poursuivre le même objectif », conclut-elle. Aujourd’hui, l’entreprise compte 25 salariés, et réalise un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros.
www.scom35.com

Hélène Le Gac, directrice générale d’IOV Communication (56)
Depuis plus d’un siècle (1906), l’imprimerie IOV Communication fonctionne en société coopérative. Dirigée pendant 25 ans par Jacques Mougenot, qui a pris sa retraite, elle est transmise en janvier 2013. Hélène Le Gac, responsable financière de la société depuis 1995, est alors élue à la présidence et à la Direction Générale. La transition se réalise assez aisément, Hélène Le Gac ayant travaillé pendant des années en binôme, et ayant été formée à la direction depuis 10 ans. Elle se saisit alors de cette nouvelle fonction pour impulser à l’imprimerie une nouvelle dynamique : un nouveau site Internet et de nouvelles plaquettes voient le jour, une jeune créatrice est embauchée, des formations sont dispensées aux commerciaux… et des réponses communes à des appels d’offres sont réalisées avec d’autres femmes directrices d’imprimeries ! Ces nouvelles orientations stratégiques portent aujourd’hui leurs fruits : dans un contexte pourtant difficile, les 13 salariés, tous associés, ont permis à IOV Communication de réaliser un chiffre d’affaires de 1,4 millions d’euros en 2013.
www.iovcom.fr

Karine Mahé, directrice générale d’Aprobois (29)
Créée en 1988, Aprobois est une scierie de résineux spécialisée dans la fabrication de palettes en bois et basée à Carhaix-Plouger. Sur les 84 salariés que compte la société, Aprobois emploie 80 % de travailleurs handicapés (entreprise adaptée) et son capital est détenu majoritairement par ses salariés. Armée d’une solide formation en commerce et administration des entreprises, Karine Mahé a intégré Aprobois en 2000 comme contrôleur de gestion. Elle ne pensait pas y rester plus de deux ans, mais elle a « aimé l’entreprise et son souci du bien commun ». Elle en devient quelques années plus tard responsable financier, puis directrice adjointe, avant d’être nommée directrice générale par le Conseil d’Administration en 2010. En 2013, Aprobois a réalisé plus de 5 millions d’euros de chiffre d’affaires.
www.aprobois.fr

 

Lire le communiqué de presse